La Maladie Valvulaire Dégénérative



Également appelée endocardiose valvulaire, insuffisance valvulaire, ou valvulopathie, la maladie valvulaire mitrale dégénérative est l’affection cardiaque la plus fréquente chez le chien (80% des cas d’insuffisance cardiaque chronique sont consécutifs à cette affection). Elle touche principalement les chiens de petite taille
(Cavalier King Charles, Yorkshire, Caniche, etc.).

Les causes

La maladie valvulaire dégénérative est déclenchée par une altération des valvules cardiaques. Ces valvules, au nombre de deux (valvule mitrale pour le cœur gauche, valvule tricuspide à droite), assurent le passage du sang des oreillettes vers les ventricules. Leur altération entraîne un défaut d’étanchéité lors de la contraction du muscle cardiaque, d’où un reflux partiel du sang dans les oreillettes à chaque battement. Il en résulte une surcharge dans l’oreillette, et une baisse du volume de sang éjecté par le cœur dans les artères. La plupart du temps, l’altération concerne la valvule mitrale (gauche). La valvule tricuspide (droite) peut être également touchée (atteinte mixte, plus rarement atteinte tricuspide isolée). La maladie valvulaire dégénérative présente une composante héréditaire de type polygénique* dont l’importance varie en fonction de la race. D’autres facteurs, tels le stress, l’hypertension, l’hypoxie, les troubles infectieux et endocriniens peuvent également favoriser la maladie.





L’évolution

L’évolution s’étale sur plusieurs mois ou plusieurs années. Lorsque les lésions des valvules progressent, la fuite de sang vers les oreillettes augmente. Pour s’adapter à cette surcharge, l’oreillette se dilate, puis c’est au tour du ventricule. Ensuite, plusieurs complications peuvent être observées, de manière variable : anomalies du rythme cardiaque (arythmies), toux et œdème pulmonaire en cas d’atteinte du cœur gauche, épanchement de liquide dans l’abdomen (ascite) ou dans le thorax (pleural) en cas d’atteinte du cœur droit, insuffisance rénale… La rupture des cordages (attaches des valvules) est une autre complication possible de la maladie, qui aggrave la fuite et assombrit le pronostic. À noter que les chiens atteints par cette maladie meurent plus souvent des dégâts occasionnés aux autres organes par la maladie que de « crise cardiaque ».

Les signes cliniques

De nombreux chiens n’expriment aucun signe, car la maladie se développe tardivement (6-8 ans) et très progressivement. Elle se retrouve ainsi souvent occultée par d’autres affections gériatriques plus manifestes. Chez les individus atteints plus tôt et/ou de façon plus importante, comme c’est le cas dans les races prédisposées, les premières manifestations peuvent apparaître dès 3-4 ans, sous forme de toux, de fatigabilité, de difficultés respiratoires, voire de syncopes… Le diagnostic sera réalisé par le vétérinaire au moyen de plusieurs examens :

- auscultation du cœur : présence d’un souffle cardiaque et d’éventuelles arythmies. Le souffle est produit par le reflux du sang dans l’oreillette à travers la valvule incomplètement fermée. Par conséquent, son intensité augmente avec le degré d’atteinte.

- Radiographie : appréciation de la dilatation cardiaque, recherche de dilatations vasculaires, d’un œdème pulmonaire

- Echographie : évaluation de l’activité cardiaque et observation des structures intracardiaques (parois, cavités, valvules…), suivi de l’évolution de la maladie. Plusieurs stades permettent de caractériser l’insuffisance cardiaque et d’adapter le traitement.


Les classifications retenues sont les suivantes :

Stade 0 ou Grade 0 : Les feuillets mitraux sont intacts, Pas d'épaississement Pas de nodule Ils coaptent parfaitement de façon convexe vers le ventricule gauche tout au long de la phase de la contraction cardiaque.

Stade 1 ou Grade 1: On remarque un discret épaississement ou la présence de nodule ainsi et surtout qu'un discret aplatissement des deux feuillets mitraux (en référence au plan de l'anneau mitral). Cet aplatissement n'intéresse que le corps des feuillets et ne dépasse pas le plan de l'anneau mitral.

Stade 2 ou Grade 2: Les déformations et l'infiltration des deux feuillets mitraux sont évidentes tout au long du cycle cardiaque. Les feuillets apparaissent allongés, ils sont nettement aplatis, atteignent et voire dépassent le plan anatomique de l'anneau mitral.

Stade 3 ou Grade 3 : La déformation ainsi que le prolapsus mitral sont encore plus évidents mais surtout ce stade se caractérise par une dilatation très visible de l'atrium (anciennement appelé oreillette) gauche. Ces anomalies provoquent un défaut de fermeture et d'étanchéité de la valve, provoquant une fuite elle-même génératrice du souffle mitral. Ce souffle est constamment détectable au stade 3, de façon inconstante au stade 2, dépendant de la qualité du stéthoscope, de la fréquence cardiaque du chien, du statut pondéral du chien, des bruits respiratoires et d'une foule d'évènements extérieurs rendant la méthode par écoute trop aléatoire.

Stade 4 ou Grade 4 : Rupture de cordage qui affecte dans l'immense majorité le feuillet septal mitral. Dilatation de l'atrium gauche.



Le traitement

Il n’existe malheureusement pas de traitement curatif de la maladie valvulaire mitrale dégénérative. Plusieurs médicaments permettent néanmoins d’améliorer le confort de vie de l’animal, et de ralentir l’évolution de la maladie. Le traitement sera d’autant plus efficace qu’il est commencé tôt. Le vétérinaire ajustera son traitement en fonction du stade de la maladie et des signes observés. D’une façon générale, la stratégie thérapeutique vise à faciliter le travail du cœur et à augmenter son efficacité.

Pourquoi dépister ?

Le dépistage permet de détecter la maladie avant la survenue des premiers signes et donc, de mettre en place de façon précoce le traitement des individus atteints. Il permet également d’orienter la sélection des reproducteurs en vue de réduire la fréquence de cette affection. En effet, bien qu’elle ait été longtemps controversée, l’importance de la génétique est désormais avérée chez le Cavalier King Charles (et très probable dans d’autres petites races). Le Club de la race du Cavalier King Charles a mis en place une politique d’éradication de cette affection, et demande aux éleveurs de soumettre leurs reproducteurs à un examen échographique précis (protocole standardisé). De plus, la grille de cotation* des reproducteurs exige qu’un examen échographique du cœur datant de moins de 18 mois ait été réalisé dès le 3e niveau de cotation. Pour les sujets de moins de 2 ans, l’examen échographique doit être normal. Entre 2 et 3 ans, une atteinte de stade 1 est tolérée. Au-delà de 3 ans, une atteinte de stade 2 est tolérée.



Source : Magali Breton et Michèle Colin, Docteurs vétérinaires, Ingénierie Gipsa


Lorsqu'un éleveur de King Charles signe la "charte de qualité" du club de race,

il s'engage, entre autre, à réaliser des recherches d'éventuelles anomalies cardiaques et oculaires

chez tous ses reproducteurs.


La plaque de nos vétérinaires


Un très joli vitrail


Un personnel souriant et compétent


L'examen cardiaque s'appelle "échographie - doppler".

Il met en évidence toute anomalie du fonctionnement
du muscle cardiaque.

Une iconographie de l'examen est envoyée au Dr Haroutunian,
cardiologue du club, qui interprète les images.

A l'issue de cette interprétation, l'aptitude à reproduire
ou non du chien examiné est transmise à l'éleveur.

La première échographie cardiaque est pratiquée quand l'étalon
ou la lice ont atteint 18 mois. Elle sera renouvelée périodiquement
pendant toute la vie du chien.


Notre Berlioz se prête à la séance photo durant son échographie




Avec douceur et dans le calme


L'échographe





Haut de page